quelque chose a changé (1991)

aujourd’hui quelque chose a changé ,je ne sais pas quoi , un sentiment de malaise ,je me  lève comme d’habitude ,me prépare pour aller au taf prend mon sac et quitte l’hotel miteux que je squattais a l’epoque je sort dans la rue  il est 5 h30 il fait bon mais quelque chose ne vas pas le mal être s’amplifie « qu’est ce qui m’arrives bordel! »j’ai la tête dans le cul j’arrive pas a réfléchir .j’essais de reprendre le dessus ,me dirige machinalement vers le métro , le transport populaire ,train de viandes mortes !je descend les marches et m’engouffre dans les galeries sans fin j’arrive sur le quai le malaise est toujours la toujours plus présent .je regarde autour de moi , pas grand monde quelques jeunes qui sortent de boites raides défoncés qui sont comme moi , qui savent plus ou ils habitent ,les travailleurs des premières heures aux regard fatigués ,un clochard qui dort dans un coin …..rien d’ inhabituel pourtant ce matin quelque chose a changé je le sens au plus profond de moi !une rame arrive , je ne bouge pas , reste planté la sur le quai « mais qu’est ce que je fout la « une autre rame arrive je regardes les têtes des gens , regard livides ,pas un sourire ,ça marche d’un pas rapide « faut pas être en retard « je bouge toujours pas , des gens me bousculent au passage ils ce demandent peut être pourquoi je reste planté la !je me poses la même question et comprend que plus rien ne seras plus comme avant !…..je vient de comprendre qu’aujourd’hui je n’irais pas bosser , pas plus que demain d’ailleur je m’assois sur un banc , allumes une clope ,j’ai tout a coup le coeur plus léger un certain bien être m’envahi , je reste la un bon moment a regarder les gens passer du prolo au costard cravate , tous partent au boulot avec le même regard vide machine bien huilée , faut gagner sa pitance …….prévoir son avenir , nourrir sa famille une fois que tu est pris dans l’engrenage tu ne peut plus en sortir , ton existence est réglée comme du papier a musique : métro , boulot , dodo !c’est la vie .

moi un avenir j’en avais pas ! j’ai toujours bossé comme tout le monde en essayant de pas trop me poser de question mais des le départ je savais que ce n’etais pas ma voie , j’ai joué le jeux .ce matin je vient de realiser que c’etais finis , que je ne pouvais pas continuer ainsi  a avancer tel un robot , ce matin je suis descendu du train train quotidien je voyagerais désormais sur une voie parallèle ,serais un vagabond , un être sans toit ni lois ! je ne sais pas de quelle coté de la barrière est le bon chemin chacun a sa vision de la chose .moi des projets , j’en avais pas , je vivais au jour le jour j’ai jamais voulu fonder une famille avoir une maison , une voiture …..peut être est ce parce une famille je savais pas vraiment ce que c’etais , que la mienne partait un peut en vrille et que j’ai plus vécu chez les autres que chez moi .

je me suis retrouvé du jour au lendemain sans appart , sans tunes , mais avec un esprit libre !a l’epoque je côtoyais beaucoup de personne , sortais tout le temps , avais des amours de passage qui ne pouvaient mener nul part .je voyais un a un mes potes se caser , en rencontrais d’autres mais tout cela était vide de sens je tournais en rond .mes amis ce sont peut a peut écartés , je les comprend je remettais leur propre choix en cause prenais un autre chemin …..c’est ainsi qu’a commencé mon errance , ma vie d’homme de la rue !

parce qu’aujoud’hui quelque chose a changé

 



la rue

la rue a tu une idée de c’que c’est ? je vais pas déblatérer de conneries sur ce que c’est ,pas plus que je ne vais m’apitoyer sur elle ,non ! seulement te la raconter ,par de brèves nouvelles ,des petites histoires qui rejaillirons de ma mémoire ,des instants de vie que toi lecteur lambda ne peut connaitre .on ne voient que ce que l’on veut ,chacun d’entre nous portent des oeillères ,bouchent ses oreilles ,ferment sa gueule quand par hasard il lui arrive de voir ou de comprendre un morceau de vie de celui qui n’est pas comme lui ! peut importe je ne revendiques rien ,accuses tout le monde ce n’est pas ma vie que je te raconte …..c’est notre vie ,que tu le veuilles ou non ,tel est mon opinion !

quelques références en la matière :z’ont qu’a travailler ,pensent qu’a boire ,ramassis de fainéants ,y puent ,y sont sales (j’imagine le bon père de famille en train de dire au fiston :regarde ce que tu peut devenir si tu étudie pas …….un moins que rien ,une cloche ,un bon a rien ,un …..looser) rires narquois ,mepris ,ou ….pitié !

que connait tu de cet univers ,un peu a part qu’est la vie du trottoir ?rien  ,ou si peu my friend ,laise moi te raconter la vie de la rue ,car c’est également la tienne ,d’ou viennent t’ils ,ces moins que rien ,ces rébus ,d’a cote de chez toi !

j’en ai vue qui on choisis cette existence , rarement sans raisons , j’en ai vu d’autres qui n’ont fait que subir ,c’est la majorité ,ils n’ont pas été assez « fort » n’ont pas réussis a surmonter les épreuves de nôtres existence .pourtant , autrefois ils ont étés comme toi et moi ,vie rangée ,estimés dans leur quartier , famille travail et tout le tralala , notre vie est en faisant une métaphore celle d’un équilibriste , tu crois avoir ce don ,tu l’espere en tout cas . prend garde mon ami ………

société pyramidale ,ou chaqu’un veut ou espere etre bien placé ,croit que chaqu’un a la place qu’il mérite !les indigents les misérables en sont les fondements ,croit tu hypocrite surpris que tu est en position de supériorité ?que ta base est solide  ? que celas ne t’arrivera jamais ,illusion que tout ça !je ne prône pas la révolution ,ce n’est qu’une simple constatation ,j’ai choisis de vivre parmi les moins que rien ,je pensais que ce n’etait que des hédonistes qui avaient choisis la facilité ……….pensais naïvement que ce ne pouvait être que la belle vie , que de se laisser aller ,baleze a été la claque que je me suis pris dans la tête .j’ai rencontre dans la rue des personnages ,des êtres qui avaient plus de principes et d’integrité que jamais auparavant ,c’est sur que dans ce milieu il y a de la vermine ,des êtres qui n’on plus grand chose d’humain ,oublions les ce ne sont que le résultat du toujours plus ,qu’ils ont adaptés a leurs façon d’exister ,c’est ton miroir mon frère ,dur a accepter ,n’est ce pas ? peu importe ,ils n’en sont pas moins méprisables que toi ,qui vis dans l’opulence ,le confort ,qui dort sur sur ces deux oreilles persuadé d’avoir mérité ta position sociale ! c’est sûrement vrai que tu a trimé pour en arriver la mais a quel prix ?que tu ai » réussi » a la sueur de ton front ou grace a tes neurones tu as accepté le fait de marcher sur celui qui avance moins vite afin d’être mieux placé sur l’echelle   sociale mais n’oublie pas que tes fondations ne sont pas très stables et que toi aussi  tu peut chuter et te retrouver comme les moins que rien , que peut être il t’arrive de mépriser .je ne te fait pas la morale , c’est inutile , j’ai pas de solution pour changer le monde ! mais ne croit pas que vivre dans la rue est une sinécure , ce serait plutôt une guerre , un combat de tout les jours .dans ce milieu l’être humain retrouve ces plus bas instincts et pour cause , ne sommes nous pas des animaux ?c’est ce qu’on t’apprend a l’ecole !a une petite différence près « nous avons conscience de nos actes !nous nous cachons derrières des lois qui sont censées régirent notre vie , nous nous cachons derrières celle -ci pour excuser notre comportement , nos choix ! puérils artifices !toi et moi savons parfaitement ce qu’il en est ! n’est ce pas ?

ne meprise pas l’indigent , c’est ton reflet !!!



amour lointain

comment lui expliquer ? il m’arrive d’avoir le verbe facile , mais la , c’est plus compliqué , trouver les mots justes ceux qui  rendrons le plus compréhensif l’explication .

elle est rentrée dans ma vie sans rien me demander,inexistante au début ,  pourtant certaines de ces expression m’attiraient déjà inexorablement , j’aurais du être plus prudent , ne pas me laisser gagner , me dire que ce n’était pas raisonnable de continuer sur cette voie , que c’etait  me perdre que de persister, les rêves ne deviennent pas réalités , mais non au contraire , je me suis laissé submergé , en ai perdu toute objectivité et me suis enlisé ! car c’est bien dans des sables mouvants que je me suis laissé prendre et maintenant …..bouger c’est disparaitre.

qui me viendra en aide ? qui m’aideras ? ça te parait un peu confus tout cela , pourtant j’ose espérer que tu me connais un peu , le chemin direct n’est pas toujours ma voie et il m’arrive bien souvent a force de jouer avec la subtilité d’être incompris et de me  perdre moi même .tourments et sables mouvants , raison et sentiment , conflit permanent .j’aurais aimé te connaitre  , partager tes passions tes emotions  , mais j’ai eu si peur de tout gâché……cette retenue ? ce n’est pas un poème c’est une oraison funèbre , mort annoncée d’une passion non avouée , morte avant même d’avoir existé car la raison , cette maladie dont je suis atteint ma ramené a la réalité ! elle n’est pas pour toi celas ne peut  pas être ; tu n’est pas de son monde ! de quel monde est tu d’ailleurs ? solitaire cérébral perdu dans tes pensées , tes rêves inavoués ….lointain a l’avenir incertain .

oui , juste dormir , dormir et disparaitre , oublier ces souffrances  , ne plus entendre les gémissements de ce monde , être soulagé de ce fardeau que mes épaules peinent a porter, surtout ne plus entendre ces pleurs ,ne plus voir de larmes sur les joues , plus de bruit , plus de cris ….que l’empathie me quitte a tout jamais !!qu’elle arrête de broyer mon coeur , de lacéré mon cerveau , enfin libéré de cette harpie , peut être trouverais je le repos ……

cet amour inavoué et lointain ma rappelé que nous ne sommes que ce que nous montrons de notre personnalité par rapport au autres et que parfois l’image est trompeuse !cet amour si fort c’est effondré en un clin d’oeil , égoïsme , égocentrisme , moqueuse , centrée sur sa propre existence était ces qualité-es , du moins ce qu’elle montrais ! je ne pense pas que cela était sa vrai personnalité mais chacun montre se qu’il a envie de son être véritable ! puis -je lui en vouloir ? sûrement pas ! notre vie n’est bien souvent qu’une mise en scène ! tous ne somme que des acteurs manipulés par un réalisateur habile qui oblige les gens a être une image , une facette de la réalitée , ainsi va la vie , ainsi va le monde ……

j’ai aimé une image , une illusion , éphémère passion ……



le reveil (1991)

je suis réveillé par des grognements , puis par une putain de douleur a la jambe , qu’est ce qui ce passe ? la douleur me sort de ma torpeur , y a un énorme molosse qui est un train de s’acharner sur mon pantalon , heureusement qu’il ne ma mordu qu’une fois ce con sinon adieu ma jambe , le maitre chien qui l’accompagne n’essais meme pas de le retenir , me gueule dessus en me disant de dégager de la , pareil pour mes acolytes .il est deux heures du mat , gare d’austerlitz, réveil brutal , réveil banal pour des sdf qui ne recherchaient qu’un peut de chaleur .je me lève , j’ai la tête qui tourne , les jambes en coton , le froid me prend au tripes « enculé que je lui lance « ce qui a pour résultat d’enervé rambo qui bave tout comme son chien , me lances des injures que je ne calcules même pas . »putain de merde , peut même pas dormir , ça fait des jours que j’ai pas fermé l’oeil , je sais plus ou je suis , qui je suis , je ressent déjà le manque , « faut que je trouve quelques chose pour sortir de tout ça , n’importe quoi ! du moment que ça me défonce , que ça me permet d’oublier toute cette merde !il fait froid , pourtant c’est l’ete mais quelle que soi la saison , ta toujours froid quand tu vie dehors , t’est froid dans ton corps , t’est froid dans ta tête , tu vie dans la siberie occidentale , froideur du monde qui t’entoure « putain de vie que j’me dis « je trouve un peu de réconfort auprès de mes semblables y z’ont l’habitude cela fait des années qu’ils vivent ça , ils sont résignes ou plutôt ce sont adaptés a la situation a cette « vie » j’ai toujours eu la chance de tomber sur des gueules sympa qui mon aidés dans ces instants ou tu te demande vraiment ……..ce que tu serait devenu sans eux , il en seras de même pour moi , plus tard dans la vie de la rue !

mais pour le moment juste un peut d’alcool pour me remettre d’aplomb , pour me permettre d’affrontre la situation ,me réchauffer le coeur , deux trois cachetons la dessus et ça vas mieux j’ai de nouveaux la tête embrumée , pendant un petit moment , une a deux heures tout au plus je peut affronter le monde ,ou au pire l’oublié .mais je sais pertinemment que bientôt , il faudra recommencer , recommencer encore et encore  !peut être qu’un jour je ne me réveillerais pas ,peut être qu’un jour je ne sentirais plus la morsure de ce putain de clebs !!j’aurais niqué cet enculé de maitre chien ……..j’aurais fait la nique a la vie !

mais ce n’est pas encore l’heure mon ami , ma vie ne c’est pas encore arrêtée , j’ai d’autres choses a raconter .



la rencontre (1991-1992)

gare de lyon ! les gares ont toujours étés un lieux de rassemblement , pour les paumés comme pour les autres ….je me traine avec mon sac , mon sac adidas , des nike au pieds et un polo lacoste derniers vestiges d’une vie passée , je traines mes pompes dans cette gare , sans but , j’ai fait des kilomètres sans savoir ou j’allais , je traine , me traine le regard vide …..je tombe par hazard sur deux punk’s , un mec destroy et une fille dont je me rappelle même plus le nom , 17 ans a peine , emancipée qu’elle disait (complètement perdue je pense ) destroy (phillipe de son vrai prénom ) un fils de putes , un vrai , ça mère faisait le tapin , son père en avait prit pour vingts ans !ça ne pouvait rien donner de bon , et pourtant c’est le début d’une « amitié  » qui est née en ce jour , je me suis posé avec eux , mon accepté tel quel et ça a été le début d’une aventure , aventure qui ce finiras mal , c’est sur , mais pouvait ‘il en advenir autrement , pourtant je ne regrette rien de ce passé ! j’y ai plus appris sur la vie qu’a aucun autres moment .comprendre l’être quel qu’il soit , c’est ce comprendre soit même .destroy nom prédestiné s’il en est , il a jamais bossé , pas de compassion pas d’amour propre , proxénète a ses heures , toxico, il n’a connu que la rue le type , rebut de la société , plusieurs séjours a l’ombre , pas d’autre alternative pour lui que de suivre la maxime :vivre vite , mourir jeune , et faire un beau cadavre !!

maxime que j’ai adopté , pouvait ‘il en être autrement ?

non ! pas a ce moment .



123

Mission Akira |
Colombe22 |
D'un papillon à une étoile |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | POUSSIERES DE FEE
| Barnabe Book Blog
| Justine Mérieau - Ecrivain